La programmation alimentaire qui vous tue le cerveau

Interview-David-Perlmutter

L’interview originale du Dr Perlmutter est en anglais – Durée env. 40 minutes

Dans cet interview du Dr David Perlmutter, celui-ci explique les grandes lignes de son livre « Grain Brain » – traduit en français sous le nom de « Ces glucides qui menacent notre cerveau« .

 

Il y a référencé les altérations sur le cerveau, et l’organisme en général, engendrées par la modification des recommandations diététiques officielles qui a placé les céréales en choix alimentaire de plus grande importance.

Cette fameuse pyramide alimentaire – variant au gré des groupes agro-alimentaires les plus influents – définit un « régime équilibré » en incluant une majorité de produits à base de blé et de maïs. Elle répondait à la fois aux besoins d’écouler les stocks des gros producteurs mais aussi à la « peur du gras », idée à la mode au début des années 80 selon laquelle nous devenons obèses si nous mangeons trop de lipides.
Cette pyramide, couplée au matraquage publicitaire, a été ainsi la plus grande campagne de programmation du cerveau humain, avec pour conséquence les millions de personnes souffrant de maladies chroniques dites « modernes ».

Les conséquences ont été désastreuses.
Même encore aujourd’hui, alors que des membres de la communauté scientifique et médicale sonnent l’alarme, comme l’auteur de ce livre et bien d’autres depuis, je croise encore énormément de personnes qui cherchent une solution à leurs problèmes de santé et qui utilisent cette référence pour leur alimentation.

Dans cette interview, l’auteur étant neurologue, le sujet est centré sur les maladies dégénératives du cerveau et la relation entre ces maladies et les dégâts de l’alimentation causés sur notre système immunitaire.
Quelles sont les conséquences sur le système digestif, et donc sur le système immunitaire, de 2 ou 3 générations de mangeurs de sur-production céréalière ?
Des céréales croisées et génétiquement modifiées pour être produites plus facilement à la machine, tout ça pour gaver les élevages de viande avec de la céréale à bas prix et pour faire du pain en cube à moitié prix dans les rayons des supermarchés !

Mon corps n’a que 7 ans

 

Il y a encore quelques années j’imaginais que certains d’entre nous étaient privilégiés en choisissant du « bon pain » de boulangerie.
Je pensais aussi que mes grands-parents avaient eu le privilège de grandir avec des céréales pas encore trop complètement croisées de toutes parts, et que donc, d’une certaine façon, ils étaient plus « solides » que les générations suivantes.
Je me trompais.

D’une part les céréales « modernes » sont utilisées partout, mais en plus notre corps ne cesse de se renouveler.
Il n’y a pas une seule cellule de mon corps qui était la même il y a 7 ans !

Les cellules de mon organisme étant en perpétuelle régénération… les nouvelles cellules créées aujourd’hui utilisent les nutriments que je leur donne… aujourd’hui !
Et quand je fais le point sur l’état de santé de mes aïeux : 3 sur 4 de mes grands-parents atteints de maladies dégénératives du cerveau.
Ça fait mal.
Tout ça pour du pain en cube à moitié-prix au supermarché.

De l’assiette au cerveau

 

programmation-habitudes-alimentaires

Plus vous mangez de ça, plus vous en faites une habitude, et plus vous vous programmez à la garder

Revenons à notre neurologue.
Outre l’augmentation significative du nombre de cas de démences, le Dr Perlmutter soulève le cas du gluten qui entraine des augmentations de cas d’inflammations et leurs rôles dans les problèmes de maladies neurologiques dégénératives (comme Alzheimer).

Je vous résume le topo
La flore intestinale est un médiateur fondamental entre notre alimentation et notre santé (les intestins constituent 70% de notre système immunitaire).

 

Donc 1/ Céréales modernes
=> gluten et autres sous-produits
=> effet sur la flore intestinale
=> déséquilibre immunitaire et inflammations
=> maladies dégénératives

 

Et 2/ Aliments fermentés, probiotiques et fibres bien choisies
=> support de la flore intestinale
=> équilibre immunitaire

 

D’autre part, lorsque nous évoquons l’alimentation et les besoins du corps, beaucoup pensent que notre cerveau a besoin de glucose pour fonctionner et associent l’apport en sucres à la façon naturelle de fournir au cerveau ce dont il a besoin pour fonctionner.
– Note perso : ils n’ont pas tout à fait tort : le cerveau utilise en effet le glucose… à défaut d’autre chose 🙂

Or les études récentes montrent qu’en fait le cerveau se nourrit encore mieux de cétones, produits à partir de l’assimilation de graisses (comme l’huile de noix de coco). L’auteur souligne que l’homme, avant notre ère agro-alimentée, évoluait probablement depuis toujours en état de « cétose » modérée puisque nous n’avions pas les mêmes quantités de sucres dans notre alimentation qu’aujourd’hui.

Côtés pratiques

 

Un peu de boost

cerveau-cetones-super-aliment

L’apport de cétones à la place de glucose est un super-aliment du cerveau

L’adaptation « glucose => cétones » demande +/- 2 semaines, ensuite l’énergie corporelle augmente et le cerveau fonctionne mieux, alimenté par un super-combustible cétonique qui vient remplacer le glucose.

 

Un peu moins de poids

Un autre avantage de ce type d’alimentation est l’absence de fringales habituellement dues aux pics d’hypoglycémie. C’est une pause pour le pancréas qui n’a plus des litres d’insuline à produire, et pour le foie qui n’a plus à la changer en graisse à stocker pour l’hiver 🙂

 

– Note perso : un autre avantage à supprimer le sucre de l’alimentation c’est de perdre facilement en une semaine 5 à 6 kilos « de rétention d’eau » comme beaucoup l’appellent. Efficace pour la promotion des régimes bikini, nul pour la réelle perte de graisse 🙂

 

Un peu de bonne humeur

En évitant d’envoyer des masses de sucres vers la flore intestinale, celle-ci reprend son rôle de régulateur de l’appétit ce qui, par ricochet, régule aussi notre humeur.

C’esf fou non ? On mange mieux et on se sent mieux 🙂

Ceci revient à dire que votre personnalité peut directement être mis en liaison avec l’état de votre flore intestinale.
Une personne dépressive chronique, ou ayant du mal à gérer son stress ou ses élans de colère, a donc tout intérêt à suivre son régime alimentaire – en fait, son style de vie – de près pour retrouver tout naturellement une humeur équilibrée.

Pour le coup, on sort du seul problème des maladies dégénératives !

Nous faisons table commune

Tout comme une femme enceinte partage avec son enfant à naître les nutriments de la nourriture qu’elle ingère, chacun de nous est le commensal (de cum -> avec, et mensa -> table -> manger) des bactéries de sa flore intestinale.

solution-regime-style-de-vie-sain

Les marchés de producteurs, un lien direct vers un style de vie sain (et aussi j’aime bien ajouter de jolies images de légumes)

Ça peut paraître un peu bizarre à dire, mais nous avons tous environ 100 mille milliards d’aliens-bactéries dans le bide qui mangent ce que nous mangeons, qui se nourrissent de ce que nous avalons à chaque repas.
Même si vous n’aimez pas l’idée d’héberger tout ce monde, ça vous permet de prendre conscience que VOUS NOURRISSEZ votre flore intestinale qui est aussi – j’en profite pour le rappeler – 70% de votre système immunitaire.

Et là le côté pratique de tout ça saute aux yeux et nous ramène à une équation simple :

Mal-manger + mal-boire + antibiotiques (en option) => destruction du système immunitaire

 

– Note perso : je ne veux pas rester sur cette note négative, donc j’ajoute qu’il est possible d’inverser cette équation en modifiant vos habitudes pour donner à votre système immunitaire la possibilité de se ré-équilibrer naturellement tout seul.
Il est nécessaire pour cela d’identifier les éléments perturbateurs néfastes de votre environnement et de fournir à votre organisme une alimentation et des soins qui lui permettront de se ré-équilibrer de lui-même. Il est fait pour cela !

Une liaison directe avec notre ADN

 

Le Dr David Perlmutter explique aussi que 99% de l’ADN contenu dans notre corps est d’origine bactérien.
Or la majorité de nos bactéries se trouve dans nos tripes.
Ainsi en mangeant mal, on modifie la nature et donc l’équilibre de cette flore intestinale, ce qui impacte directement notre matériel génétique.

Il ne s’étend pas beaucoup plus sur ce sujet-là dans l’interview, mais nous pouvons logiquement penser que cela n’est pas très bon pour la manière dont nous vieillissons 🙂

L’exemple d’un enfant autiste

 

L’interviewé reçoit une mère et son enfant autiste. Ce dernier est incapable de développer ses relations sociales au-delà d’un degré très basique.
Pendant la grossesse la mère avait suivi un traitement d’antibiotiques prolongé et, une fois né, l’enfant avait lui aussi suivi ce type de médication régulièrement.

Le doc propose une reconstruction de la flore intestinale : pro-biotiques, enema (injection dans le côlon) puis, carrément, transplantation de selles saines d’une autre personne. Ça va loin dans le concept mais la mère approuve ! 🙂
Après quelques semaines et une série de traitements de ce type, la mère lui envoie un texto avec des vidéos de son fils qui lui parle et prévoit sa journée comme si tout était normal !

J’ai reçu quelques textos de ce type après certaines séances de thérapie, je peux vous dire que ça fait super plaisir 🙂

En attendant, même si cela peut paraître dingue à certains, il indique qu’une population d’enfants autistes a été sélectionnée en Arizona pour suivre le même type de traitement (il y a un suivi des résultat positifs de cela sur son blog).
Il ajoute que de bons résultats sont également obtenus sur des cas de sclérose en plaque.

 

Petite parenthèse

En avril 2012 on lisait dans le journal que l’autisme touchait 1 enfant sur 150 en France (contre 1 sur 68 aux USA aujourd’hui). Et plus de 80.000 personnes sont touchées par la sclérose en plaques en France.

N’étant pas spécialiste sur les sujets, je n’oserai prétendre qu’un changement radical de style de vie, et en particulier de style d’alimentation, peut mettre définitivement un terme à l’autisme ou à la sclérose en plaques.

Néanmoins, si vous aviez dans votre entourage quelqu’un qui était atteint d’une de ces pathologies, ne vous semblerait-il pas « peu cher payer » de tenter une modification en profondeur de l’alimentation et du style de vie pour voir si, au bout de quelques semaines, des résultats encourageants ne viendraient pas, par hasard, se présenter gentiment dans l’avenir de cette personne ?

D’ailleurs, c’est pareil pour le diabète, les rhumatismes, les problèmes cardiaques, etc.

Dernière note perso en conclusion

 

Les interviews du Dr David Perlmutter sont autant d’alarmes concernant les conséquences dues à la façon dont nous mangeons aujourd’hui.

Mais voyons le bon côté des choses : l’humanité évolue sans arrêt depuis qu’elle existe. Cela fait déjà environ 100 ans que nous augmentons sans cesse la dose de sucres (et autres saloperies) dans notre alimentation. Donc si nous conservons nos habitudes, génération après génération, il est possible que dans environ 9900 ans nos descendants aient développé génétiquement des aptitudes spéciales permettant d’absorber un maximum de sucres sans plus subir de problèmes de santé 🙂

Le seul petit problème c’est qu’en chemin nos pathologies modernes sont le prix à payer pour cette transition.

Et si vous n’aimez pas l’humour noir, vous pouvez aussi considérer que votre capital santé se trouve plus dans vos intestins que dans votre cerveau et commencer dès maintenant à en prendre soin 🙂

Mais au fait, qui est ce Dr Perlmutter ?

 

C’est un neurologue bardé de diplômes qui pratique en Floride.
Il a beaucoup écrit sur le thème de l’amélioration des capacités du cerveau dès l’enfance et de la liaison entre la santé de nos tripes et celle de notre cerveau.

Son livre-phare est « Grain Brain », traduit en français en « Ces glucides qui menacent notre cerveau – Pourquoi et comment limiter gluten, céréales, sucres et glucides raffinés » aux éditions Marabout.
Comme l’indique le titre, si vous n’aviez pas assez de raisons en stock pour commencer à manger autre chose que de la baguette-confiture-jus d’orange au petit déjeuner, lisez-le 🙂
Sinon, j’en ferai sans doute une revue un de ces jours.

Plus récemment il a aussi fait l’interview d’une collègue – Dr. Kelly Brogan – qui se définit elle-même comme une psychiatre holistique.
Là on sort du domaine de l’alimentation, mais je vous indique un résumé de la vidéo (merci à Pierre Saine de me l’avoir communiqué) :

 

Le Dr Kelly Brogan ne prescrit plus de médicaments. Elle affirme n’avoir jamais guéri un patient pendant la période où elle prescrivait des médicaments. Elle dénonce ce que la littérature scientifique montre :

  • Qu’après les maladies cardiovasculaires et le cancer, la médecine est la 3e cause de décès aux États-Unis.
  • Que les études dites scientifiques pour faire approuver les médicaments ont été falsifiées. Et les études négatives mises de côté.
  • Qu’il faut remettre en question tous les usages de médicaments, même en aiguë et en urgence.
  • Les placebo sont aussi performants que les médicaments et n’ont pas d’effets secondaires.
  • Le théorie de la sérotonine pour expliquer la dépression est un mythe. Depuis 60 ans, aucune étude scientifique n’a prouvé que la dépression est causée par un déséquilibre chimique.
  • Il faut distinguer le feu de la fumée. La dépression n’est que l’expression d’un malaise qui nécessite des changements et des ajustements de vie. C’est une opportunité pour se remettre en question et s’affirmer.
  • Les protocoles de sevrage officiels ne sont pas fondés.
  • Le Prozac ne va pas produire d’effets cliniques, juste des effets secondaires, pendant les 6 à 8 premières semaines de traitement. Le régime alimentaire va produire des résultats positifs en 30 jours.

Toute une révolution !!!

Je termine par cet aparté car je veux insister sur le rôle fondamental qu’ont notre alimentation et le soin que nous portons à la santé de nos viscères.

Vous pouvez, vous aussi, retrouver de l’énergie, de la bonne humeur et de la santé en changeant vos habitudes alimentaires.

Si vous ne me croyez pas, testez le « 0% sucre, 0% amidon » pendant 3 semaines !

Le résultat vous surprendra 🙂

 

 

Recherches sur l'alimentation équilibrée : david perlmutter francais, Ces qui tue notre cerveau, liste des aliments qui tue le cerveau

Author: Johann

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Créez 1 semaine de petits déjeuners...en 30 minutes !

Créez 1 semaine de petits déjeuners...
en 30 minutes !

- Simple à préparer (même en vacances)

- Sain, rassasiant et riche en nutriments

- Facilement adaptable au goût de chacun

** Un guide complet à télécharger gratuitement ! **

 

 

Bravo, vous allez recevoir votre livre par email ;-)

Un guide gratuit pour préparer rapidement un petit déj' équilibré ?   --> Cliquez ici
Hello. Add your message here.